SAWASDEE SONGKRAN

Ce samedi 13 avril, le Royaume va fêter le nouvel an thaï. Kway et pistolets à eau vont être de rigueur pour résister à ce champs de bataille gigantesque. Etat des lieux d’une fête méconnue du monde occidental :

L’esprit communautaire de Songkran se traduit à travers le pays par le nettoyage de printemps et la décoration des temples, faire des offrandes aux moines, asperger les représentations de Bouddha avec de l’eau parfumée et la construire des « stupas » de sable.

De toutes les fêtes, Songran est celle que la plupart des Thaïlandais attendent avec le plus d’impatience. Ce n’est pas seulement parce qu’il s’agit de la succession la plus longue de 3 jours fériés consécutifs, mais  parce qu’ils sont synonymes d’été et de vacances. Le festival a lieu tous les ans du 13 au 15 avril (il peut y avoir quelques variations suivant les provinces). Il a la même signification pour les Thaïlandais que le mois d’août pour les Européens.

C’est la saison où la chaleur est torride, où la meilleure chose à faire est de… ne rien faire, se rafraichir. C’en est même une priorité nationale telle la sieste estivale en Provence! Alors quoi de mieux que de s’asperger d’eau pour remplir ces obligations!!!

Songkran est la fête la plus grande et la plus importante de l’année, où familles et amis se réunissent pour célébrer le nouvel an Thaï, honorer leurs ainés, et bien sûr, s’arroser les uns les autres. C’est comme si les fêtes occidentales de Thanksgiving et Noël étaient réunies en une seule. Songkran intéresse particulièrement les touristes désireux d’expérimenter le « sanouk » thaïlandais au cours de ce festival.

Bien que Songkran découle d’anciennes traditions pleines de subtilités et de charmes encore observées dans le pays, cela se fête par une gigantesque bataille d’arrosage où les touristes se mêlent avec délectation aux Thaïlandais les plus vifs, aussi bien dans le quartier routard de Bangkok (Khaosan road) que dans la célèbre Patong Beach sur l’île de Phuket. C’est un moment de retrouvailles où les familles se réunissent pour renouveler leurs liens avec leurs ainés. Ensemble, ils participent à des cérémonies et des rituels qui reflètent à la fois l’essence de la « Thaï-attitude » et les croyances locales.

Avec des racines dans la langue « sanskrit », ayant de profondes influences culturelles en Thaïlande, du moins autant que le Bouddhisme Théravada, le mot « songkran » signifie « passer à ». Ceci annonce une nouvelle année et un nouveau cycle de vie. Bien que la Thaïlande suive le calendrier occidental, comme la plupart des pays, elle a l’habitude de définir chaque année en suivant le calendrier solaire. Il reflète le climat et le cycle agricole primordiaux à sa survie, en particulier dans la culture du riz.

Comme la chaleur commence à monter en Mars et s’élève en Avril, les champs de riz se flétrissent et les rizières deviennent arides. La Thaïlande rurale aspire aux pluies de la mousson. C’est un élément supplémentaire qui rend l’eau  importante dans la tradition du nouvel an Thaï, avec une utilisation abondante comme étant une invocation à ce que la pluie bénite revienne.

Le troisième jour de Songkran est un rituel Thaïlandais appelé « Wan Payawan ».  Il consiste, dans les familles, à asperger d’eau parfumée les représentations de Bouddha à l’aide d’un bol en argent. C’est le premier jour officiel du nouvel an Thaï. Les familles les plus respectueuses des coutumes, revêtent l’habit traditionnel, parées de guirlandes de Jasmin blanc symbolisant la pureté. Les pétales de ces fleurs parfument l’eau.

Un autre rituel de Songkran consiste à nouer des cordelettes aux poignets des personnes à qui l’on désire souhaiter bonne chance pour la nouvelle année. La personne qui va recevoir ce bracelet doit tendre son bras avec l’intérieur du poignet vers le haut. Acceptez comme étant un honneur toute invitation d’une personne s’approchant de vous pour partager ce rite. Il est tout à fait normal de rencontrer quelqu’un portant 25 à 30 bracelets de ce type lors de Songkran. La tradition veut qu’on les garde jusqu’à ce qu’ils « se décident à partir d’eux mêmes ».

Vous pouvez également rencontrer des Thaïs avec de petits bols en argent remplis d’une poudre ou d’une substance pâteuse blanche. Une des plus vieilles traditions de Songkran consiste à appliquer cette pâte blanche en signe de protection contre tout maléfice. Majoritairement les personnes âgées vous badigeonnent de cette pâte soit au visage soit dans le cou soit sur le torse. Selon la tradition, vous êtes tenus de laisser cette pâte sur vous jusqu’à ce qu’elle soit « lavée » (cela arrive très rapidement vues les trombes d’eau reçues en permanence dans les rues).

D’autres rites faiseurs de mérites sont pratiqués dans les temples: Faire des offrandes aux moines, telles que de la nourriture en conserve, des plats cuisinés, des fruits frais et de nouvelles robes safran. On assiste à une des plus belles traditions: Des familles ou des groupes d’amis vont ensemble construire des « stupas » de sable. Ils édifient et sculptent de leur mieux à même le sol du temple des « chedis » miniatures afin d’améliorer leur « karma » et obtenir une « bonne santé ».

Particularités régionales:

A Chiang Mai les festivités ont la réputation d’être les plus grandes et les plus longues dans la plus pure tradition « lanna » et peuvent durer jusqu’à 10 jours.

A Khon Kaen dans le nord-est, les visiteurs peuvent participer à la plus grande vague humaine du monde, apprécier le grand arrosage sur « sticky rice street » et regarder la procession.

A Sai Thong Sri Kottabun Beach à coté du Mékong près de Nakhon Phanom, les touristes peuvent participer à la cérémonie de « lavage » des représentations de Bouddha à l’anniversaire de la « pagode », et prendre part aux sculptures de sable.

A Ayutthaya le berceau de l’éléphant Kraals, les pachydermes s’engagent avec leurs cornacs aux batailles d’eau.

Sur la minuscule île de Koh Si Chang à 80km au sud-est de Bangkok, la tradition veut que les jeunes hommes portent (jettent?) les jeunes femmes à la mer et reviennent en entamant une danse folklorique.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :

Les aphrodisiaques de la Saint Valentin en Thaïlande

« Buffalos Races » à Chonburi du 29 au 31 octobre

Noël en Thaïlande

Le festival du pont de la rivière Kwai

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance :

Posted by at 21 mai 2011
Filed in category: Les fêtes, and tagged with: , , ,

8 Responses to SAWASDEE SONGKRAN

  1. Lucie (5 comments) says:

    Il y a pas à dire, c’est ça! On est passé à Koh Chang il y a deux semaines, je savais pas qu’ils avaient leur propre version de la chose, elle est intéressante leur variante! Tu crois qu’ils le font vraiment? Et avec les touristes aussi?

  2. Doudou (32 comments) says:

    Donc, si on veut visiter, faut choisir surtout cette date c’est ça ?? 555

  3. kevin @vivre en thailande (11 comments) says:

    Pour moi ce sera Songkran en Issan! A bord d’un pick up pour faire la tournée des villages. Saut d’eau et canettes de bières au programme!

  4. Tony@travelplugin (1 comments) says:

    Dommage… j’ai raté cette fête de peu cette année. Mais dis-moi : il n’y a pas d’anecdotes ou de faits divers tous les ans avec ce genre de batailles à ciel ouvert ?
    C’est un peu comme notre mardi gras avec les oeufs et la farine et quand je vois comment ça dégénère chez nous je me pose des questions quant à nos amis vietnamiens ! 🙂
    Ça doit aussi faire le bonheur des vendeurs de téléphones portables à moins que tout le monde se munisse d’un sac plastique pour l’occasion.

    • Hé hé, je te rassure, nos amis « vietnamiens » n’ont rien à craindre en Thaïlande! 😉
      Les seuls « soucis » dans le pays sont plus liés à l’alcool et aux accidents de la route qui en découlent, plutôt qu’aux risques de voir dégénérer ces batailles d’eau qui restent bonne enfant!
      Concernant les « papiers », téléphones portables et autres accessoires, on trouve de partout dans la rue des pochettes étanches (qui se portent autour du cou) en vente pendant les festivités du nouvel an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code