La Thaïlande rêvée d’Hollywood

La comédie musicale King and I :

« Le Roi et moi » est une comédie musicale, la cinquième de l’équipe Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II. Le travail est basé sur le roman publie en 1944 « Anna et le roi de Siam » par Margaret Landon et tire des mémoires d’Anna Leonowens, qui était gouvernante des enfants du Roi Mongkut (Rama IV) dans les années 1860, en particulier du Prince Chulalongkorn (futur Rama V).

 

 

 

Ci-dessous Anna Leonowens, Mongkut et Chulalongkorn, livre d’Anna Leonowens.

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire traite des expériences de l’institutrice britannique, qui avait été embauchée dans l’optique du roi de moderniser son pays. La relation entre le Roi et Anna est marquée par des conflits dans une grande partie de la pièce, ainsi que par un amour qui ne s’exprime pas. La comédie musicale a été créée le 29 Mars 1951 au théâtre Saint-James de Broadway avec Yul Brynner et Gertrude Lawrence dans les rôles titres.

 

 

 

 

 

 

 

 

La comédie musicale a été un succès immédiat, remportant le Tony Awards pour la meilleure comédie musicale, meilleure actrice (pour Lawrence) et du meilleur acteur (pour Brynner). Gertrude Lawrence est décédée subitement d’un cancer un an et demi après la première, et le rôle d’Anna a été joué par d’autres actrices pendant le reste de la carrière à Broadway pendant plus de trois ans (1246 représentations). Une tournée nationale et un succès à Londres ont suivi, et surtout un film en 1956 pour lequel Yul Brynner a remporté un Academy Award.

Dans les années 1980, Yul Brynner a repris dans une longue tournée la comédie musicale, culminant avec une représentation en 1985  à Broadway, peu avant sa mort. King and I a été repris à Broadway en 1996, avec Lou Diamond Phillips dans le rôle du Roi et Donna Murphy dans celui d’Anna, une production a été montée également en 2000 à Londres.

 

Vidéo : Bande annonce « Anna et le Roi » (2004)

Synopsis :

Anna part avec son fils Louis au Siam afin de devenir la préceptrice des enfants du Roi Mongkut (Rama IV). Malheureusement, ce dernier refuse de lui donner la maison qu’il lui avait promise et l’oblige à vivre dans le palais. Mécontente, Anna décide de quitter le Siam, mais Lady Thiang, la première femme du souverain, la fait changer d’avis. Elle décide alors d’aider Mongkut qui prend l’habitude de la faire réveiller à des heures tardives pour lui poser des questions. Un ambassadeur d’Angleterre, sir Edward doit venir au Siam pour se rendre compte si le roi est réellement barbare. Avec l’aide d’Anna, le Roi réussira à prouver que son pays est civilisé et offre une fête très réussie. Tout semble bien aller.

Tuptim, la dernière femme de Mongkut, arrivée de Birmanie comme cadeau, s’enfuit après la fête pour retrouver son amoureux et partir avec lui. Les soldats du roi réussissent à la retrouver et celui-ci veut la faire fouetter pour la punir. Son amoureux s’est noyé dans la poursuite. Anna s’oppose à cette punition, lui disant qu’en agissant ainsi, il se conduira comme un barbare. Le roi ne fouettera finalement pas Tuptim. Anna décide de quitter quand même le Siam. Le jour de son départ, on vient la prévenir que Mongkut est très malade. Anna va le voir et apprend qu’il va mourir. Elle prend la décision de rester pour s’occuper de ses enfants et notamment du prince héritier.

Le film présente une vision excessivement exotique et romantique du Siam. Dans ses mémoires, Anna Leonowens se donnait un grand rôle, tant sa relation avec le Roi que pour son influence dans les relations diplomatiques du Siam et de l’Angleterre. Mais il convient de minimiser son importance, l’histoire d’amour avec le Roi Mongkut reste peu probable. Celui-ci, il faut se souvenir avait un harem de plus de 600 femmes et avait peu de chances de s’intéresser à une occidentale, il avait juste souhaité que ses enfants puissent acquérir des connaissances occidentales et la langue anglaise. Il faut noter que le Prince Chulalongkorn, devenu ensuite Rama V, n’a jamais revu Anna Leonowens après son départ de la cour du Siam. Le roman de Margaret Landon enjolive l’histoire romanesque.

La Comédie musicale a ensuite été remontée de nombreuses fois, et si Yul Brynner reste le détenteur emblématique du rôle, celui-ci a été repris par de nombreux artistes, de même celui d’Anna tenue par Deborah Kerr.

Vidéo : « The King and I » (1956) – Shall we dance

Un dessin anime a été tiré du film, Yul Brynner et Deborah Kerr inspirant les personnages animés.

Vidéo : Version française du dessin animé (« Shall we dance » – « Je m’envole« )

 

 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance :

 

Posted by at 13 mai 2012
Filed in category: Culture Générale, En vrac, and tagged with: , ,

4 Responses to La Thaïlande rêvée d’Hollywood

  1. Pierre (29 comments) says:

    Excellente cette revue!
    Elle donne un bon aperçu de la vision holywoodienne de la Thaïlande.

  2. Conseils aux voyageurs (8 comments) says:

    Bon mélange des différents scénes et films, mention spécial pour shall we dance qui est magique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Expatriation en Thailande.
Theme design by Themesanyar. Powered by WordPress. Copyright © 2019 All Rights Reserved.