Bang Saen 1 : Voyager au calme en Thaïlande

Hormis les « backpackers », il existe deux types de touristes qui désirent partir voyager en Thaïlande. Il y a ceux qui vont rechercher l’aspect citadin à 100 à l’heure de Bangkok, l’ambiance animée voir survoltée des plages de Pattaya, Phuket ou Samui. Et puis il y a ceux qui rechercheront le calme, le coté authentique de la Thaïlande en visitant les temples de Lampang, qui apprécieront des villes à taille humaine comme Chiang Mai, le coté rural de l’Issan et les plages paisibles connues des seuls thaïlandais.

Bang Saen fait partie de ces destinations méconnues des touristes, où la vie provinciale s’écoule tranquillement tout en offrant des plages et des activités loin du brouhaha du tourisme de masse.

Une escapade à une heure de Bangkok

B SAEN 02Bang Saen, dans la province de Chonburi, est à mi-chemin entre Bangkok et Pattaya. Cette station balnéaire offre une alternative au bruit et à la pollution de Bangkok et à la frénésie de Pattaya. Elle est la plus proche escapade à la mer à partir de Bangkok, ainsi que de toutes les provinces du nord de Chonburi. La plupart des visiteurs viennent généralement des provinces au nord et au nord-est de Chonburi. Elle est beaucoup plus proche, moins chère et plus calme que les plages de Hua Hin ou de Pattaya.
Peu de touristes étrangers fréquentent cette plage qui est surtout animée le weekend quand les bangkokiens viennent s’y relaxer le temps du weekend.

B SAEN 01

Bang Saen peut sembler endormie mais c’est une ville attirante pour qui prend le temps de la découvrir. Le calme n’est qu’apparent puisque la ville est le siège de la grande université de Burapha. Pendant la journée, la plupart des gens que vous allez voir sont des étudiants de l’université. Le weekend, les voyageurs, les familles ou groupes d’amis, viennent de régions voisines ou d’autres provinces en Thaïlande pour passer une journée à la plage.

B SAEN 03 Presque tous les visiteurs à Bang Saen sont thaïlandais. Il y a des touristes étrangers toute l’année, même si ils sont en petit nombre. La communication est parfois délicate, peu de locaux parlant anglais, beaucoup de noms ne sont pas transcrits en alphabet romain (même l’office du tourisme local est indiqué en thaï), mais la population locale se mettra en quatre pour vous aider.

 

Que faire a Bang Saen ?

La plage : la très longue plage est bordée de cocotiers, des chaises longues et des tables y sont installées, les chaises longues ne font pas face à la mer mais sont perpendiculaires et séparées par des tables ; cette installation est adaptée aux touristes thaïlandais qui viennent s’y installer à l’ombre des parasols (surtout ne pas prendre de couleurs ! le bain s’y prend généralement habillé) et surtout y manger (on peut y apporter son pique-nique  parfois très élaboré.

B SAEN 05B SAEN 06

BANG SAEN BEACH

La plage est longée par une promenade bordée de petits restaurants, ou l’on vous fera griller les fruits de mer qui vous seront servis sur la plage.

Vidéo : Nourriture au bord de la plage

B SAEN 08B SAEN 09

B SAEN 07Vidéo : Bang Saen Beach

L’aquarium de l’Université Burapha :

L’Université Burapha a été le premier établissement d’enseignement tertiaire régional, en 1955. Par la suite, elle est devenue un campus de l’Université Srinakharinwirot de Bangkok. Le 29 Juillet 1990, elle a de nouveau été rebaptisée Université de Burapha et est devenue autonome en 2008. L’Université Burapha propose de nombreux niveaux d’enseignement: Licence, Master et Doctorat en sciences sociales, sciences de la santé, sciences et technologie. Elle compte actuellement près de 35.000 étudiants.

B SAEN 10

L’Institut des Sciences Marines de l’Université de Burapha était à l’origine le musée zoologique et l’aquarium marin de l’ancien campus de l’Université Srinakharinwirot. Une nouvelle installation pour remplacer le Musée zoologique et l’aquarium marin a été ouverte en 1984 en coopération avec le gouvernement japonais.

B SAEN 11B SAEN 12

Situé sur le campus de l’Université l’aquarium a été construit comme un centre éducatif, et abrite 180 espèces de poissons. Les espèces de poissons exposés sont variées, et vous pouvez les voir se déplacer à travers des récifs coralliens réels.

Vidéo : L’aquarium

Vidéo :

L’aquarium est ouvert tous les jours de 8 h 30 à 17 h

Le prix d’entrée est de 200 bahts

Le jardin de l’enfer : le monastère de Wang Saen Suk

B SAEN 14

Situé au fond d’un soi calme un peu éloigné de la plage, le jardin se veut édifiant et vous présenter les conséquences de vos actes. C’est une sorte de parc à thème. Les moines ont créé ce jardin des horreurs il y a une vingtaine d’années. Une fois passé le porche et un Bouddha joufflu, qui vous souhaitent Bienvenue en enfer, vous découvrez l’enfer. Deux géants, l’homme émacié et la langue pendante, la femme avec  les seins tombants et le ventre gonflé,  représentent les pécheurs. A leurs pieds des humains à têtes d’animaux,  le porc pour le corrompus, le singe pour les voleurs, le crapaud pour les malhonnêtes.

B SAEN 13
Suivent ensuite les supplices qui attendent ceux qui ne respectent pas un certain nombre de préceptes bouddhistes, par exemple les êtres humains qui ne respectent pas le premier principe – tu ne tueras point – sont présentés avec leurs entrailles arrachées par les oiseaux. Puis est présenté tout ce qui attend ceux qui trichent, volent, commettent l’adultère, ou sont accroc au jeu, à la drogue ou à l’alcool. Certaines représentations font penser à la vision de l’enfer qu’avait faite Jérôme Bosch.

B SAEN 15

Le Jardin de l’Enfer du Wat Wang Saen Suk représente une iconographie bouddhiste de l’enfer et du monde souterrain. Il n’y a apparemment pas de place pour le libéralisme: tandis qu’une image montre la peine spécifique pour une femme qui tue son mari, il n’y a pas d’équivalent pour un homme qui tue sa femme. Une autre sculpture particulièrement horrible montre une femme pressée dans un étau géant pour avoir pratiqué le contrôle des naissances ou s’étant fait avorter.

Vidéo :

Pour éviter la malchance de commettre un des horribles péchés il vous suffit de verser une offrande correspondant à votre âge, 1 baht par année, ce qui fait malgré tout peu cher pour éviter l’enfer.

B SAEN 16

Le Wat Wang Saen Suk est de loin le plus grand jardin de l’enfer en Thaïlande. Cependant, il en existe un autre plus modeste près de la vieille ville de Sukhothai, dans le nord de la Thaïlande, au Wat Thawet, créé en 1973 par un moine ayant un goût pour l’art populaire.

B SAEN 17

Normalement, en sortant de cette visite, et édifié par ce qui peut vous attendre, votre comportement restera dans les règles de Bouddha !!!!!!

B SAEN 18

Pour aller a Ban Saen :

Le plus simple est de prendre un bus, le plus souvent un van, au terminal de bus d’Ekamai, 80 bahts (2 euros), il vous déposera à environ 2 kilomètres de la plage et vous prenez alors un songthaew (10 bahts) pour la rejoindre.

A Lire aussi :

Bang Saen 2 : Rentrer par le chemin des écoliers (Angsila)

Pattaya : Les cabarets en Thaïlande

Pattaya : Une figure à Pattaya 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa bien sûr ! Merci d’avance :

5 Responses to Bang Saen 1 : Voyager au calme en Thaïlande

  1. voyage étoile (1 comments) says:

    Dossier bien complet ! merci – je ne connaissais pas le jardin de l’enfer !

  2. Mélissa (18 comments) says:

    Wow… Eh bien… Sympathique ce jardin des enfers??? mais je ne suis pas certaine quela tactique de la peur marche? 😉

  3. jean (7 comments) says:

    Jolie site.
    Jardin d’enfer !!!
    Où est le jardin du paradis.
    Cordialement

  4. Haydée@Travelplugin (11 comments) says:

    Salut Laurent et merci pour ce bon plan calme et loin du tourisme de masse comme tu le dis si bien.
    Concernant le Wat Wang Saen Suk, ne serait-ce pas un peu une arnaque ? 🙂 Le fait de payer m’a refroidi, surtout que la somme payée semblerai effacer nos pêchés, puisqu’il nous évite l’enfer.
    En tout cas, intéressant, à voir je pense au moins une fois.

  5. Eric (6 comments) says:

    Salut Laurent,
    Un bel article sur une région en effet méconnue mais si proche de Bangkok.
    A découvrir
    Pour info il existe un autre « jardin des enfers » a quelques km d’Ayuttaya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*