Un Chef d’orchestre thaïlandais: Bundit Ungrangsee

Bundit Ungrangsee : En route vers le Carnegie Hall

En devenant un chef d’orchestre de classe internationale, Bundit a réalisé son rêve.

Alors que la musique classique jouit d’une audience très limitée en Thaïlande, Bundit Ungrangsee, thaïlandais d’origine chinoise, à diriger certains de plus grands orchestres du monde : l’Orchestre de St. Luke de New York, l’Utah Symphony, le Los Angeles Philharmonic Orchestra, et le prestigieux théâtre de La Fenice à Venise.

Ses succès en tant que chef d’orchestre de niveau international ne sont pas dus à la chance, mais à sa détermination et sa conviction, inspirés quand il avait 18 ans à l’écoute d’un concert de l’Orchestre du New York Philharmonic, mené par un Indien nommé Zubin Mehta, chef de renommée mondiale. Il a été étonné qu’un homme d’un pays du tiers-monde puisse diriger un orchestre de plus de 100 musiciens professionnels occidentaux.

Avec l’objectif d’atteindre le sommet dans le monde de la musique classique, Bundit a investi beaucoup de temps et d’efforts dans l’étude. Il a fréquenté l’Université de Wollongong en Australie, en prenant deux programmes de baccalauréat dans le même temps – administration des affaires, pour sa famille, et la musique, pour que son rêve se réalise. Puis il a poursuivi ses études avec un programme de maîtrise à l’Université du Michigan aux États-Unis, avec en option la direction d’orchestre.

Dans le monde de la musique classique, qui a ses origines en Europe, un conducteur asiatique comme Bundit a eu à lutter contre de nombreux préjugés. Il a dû travailler dur pour surmonter les points faibles par rapport à ses homologues occidentaux. Chaque jour, il a passé 15 heures à parfaire ses compétences conductrices. Ses efforts ont commencé à être récompensés quand il est devenu le premier Thaïlandais à remporter en 1999 la compétition internationale pour les jeunes chefs d’orchestre à Lisbonne, au Portugal, en prenant la quatrième place parmi 37 compétiteurs dans le concours international hongrois TV-Radio à Budapest et à atteindre les demi-finales de la compétition prestigieuse de Besançon en 1998.

La renommée de Bundit a augmenté quand il a été nommé lauréat du Concours des chefs internationaux Maazel-Vilar, tenue au Carnegie Hall à New York en 2002. Le panel de juges, y compris Lorin Maazel, Kyung-Wha Chung, Glenn Dicterow et Krzysztof Penderecki, a reconnu Bundit comme le premier parmi les 362 concurrents de 40 pays participant à l’épreuve.

Jusqu’à présent, Bundit Ungrangsee a mené plus de 500 représentations symphoniques et d’opéra, avec plus de 40 orchestres à travers le monde, y compris en Italie, au Japon, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud et au Danemark. Le Gouvernement thaïlandais a reconnu son talent musical avec les titres de « Artiste National » (Silpathorn) et « Diplomate culturel« .

Vidéo : Accompagnant sa femme Mary Ungangsee chantant « la vie en rose« 

Vidéo : Symphonie N°5 de Beethoven Mvt I

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance :

Posted by at 3 avril 2012
Filed in category: Célébrités, Musique, and tagged with: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Expatriation en Thailande.
Theme design by Themesanyar. Powered by WordPress. Copyright © 2019 All Rights Reserved.