Un Chef d’orchestre thaïlandais: Bundit Ungrangsee

Bundit Ungrangsee : En route vers le Carnegie Hall

En devenant un chef d’orchestre de classe internationale, Bundit a réalisé son rêve.

Alors que la musique classique jouit d’une audience très limitée en Thaïlande, Bundit Ungrangsee, thaïlandais d’origine chinoise, à diriger certains de plus grands orchestres du monde : l’Orchestre de St. Luke de New York, l’Utah Symphony, le Los Angeles Philharmonic Orchestra, et le prestigieux théâtre de La Fenice à Venise.

Ses succès en tant que chef d’orchestre de niveau international ne sont pas dus à la chance, mais à sa détermination et sa conviction, inspirés quand il avait 18 ans à l’écoute d’un concert de l’Orchestre du New York Philharmonic, mené par un Indien nommé Zubin Mehta, chef de renommée mondiale. Il a été étonné qu’un homme d’un pays du tiers-monde puisse diriger un orchestre de plus de 100 musiciens professionnels occidentaux.

Avec l’objectif d’atteindre le sommet dans le monde de la musique classique, Bundit a investi beaucoup de temps et d’efforts dans l’étude. Il a fréquenté l’Université de Wollongong en Australie, en prenant deux programmes de baccalauréat dans le même temps – administration des affaires, pour sa famille, et la musique, pour que son rêve se réalise. Puis il a poursuivi ses études avec un programme de maîtrise à l’Université du Michigan aux États-Unis, avec en option la direction d’orchestre.

Dans le monde de la musique classique, qui a ses origines en Europe, un conducteur asiatique comme Bundit a eu à lutter contre de nombreux préjugés. Il a dû travailler dur pour surmonter les points faibles par rapport à ses homologues occidentaux. Chaque jour, il a passé 15 heures à parfaire ses compétences conductrices. Ses efforts ont commencé à être récompensés quand il est devenu le premier Thaïlandais à remporter en 1999 la compétition internationale pour les jeunes chefs d’orchestre à Lisbonne, au Portugal, en prenant la quatrième place parmi 37 compétiteurs dans le concours international hongrois TV-Radio à Budapest et à atteindre les demi-finales de la compétition prestigieuse de Besançon en 1998.

La renommée de Bundit a augmenté quand il a été nommé lauréat du Concours des chefs internationaux Maazel-Vilar, tenue au Carnegie Hall à New York en 2002. Le panel de juges, y compris Lorin Maazel, Kyung-Wha Chung, Glenn Dicterow et Krzysztof Penderecki, a reconnu Bundit comme le premier parmi les 362 concurrents de 40 pays participant à l’épreuve.

Jusqu’à présent, Bundit Ungrangsee a mené plus de 500 représentations symphoniques et d’opéra, avec plus de 40 orchestres à travers le monde, y compris en Italie, au Japon, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud et au Danemark. Le Gouvernement thaïlandais a reconnu son talent musical avec les titres de « Artiste National » (Silpathorn) et « Diplomate culturel« .

Vidéo : Accompagnant sa femme Mary Ungangsee chantant « la vie en rose« 

Vidéo : Symphonie N°5 de Beethoven Mvt I

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance :

Posted by at 3 avril 2012
Filed in category: Célébrités, Musique, and tagged with: ,

Comments are closed.

Expatriation en Thailande.
Theme design by Themesanyar. Powered by WordPress. Copyright © 2020 All Rights Reserved.