Trekking dans le nord de la Thaïlande : A la rencontre des tribus montagnardes

Qu’est ce qu’un « trekking » ?

Il s’agit ni plus ni moins que d’une randonnée en forêt, jungle… permettant de voir des paysages grandioses sur 1 à 3 jours. Le plaisir du randonneur est agrémenté en Thaïlande d’une ballade complémentaire à dos d’éléphant, et/ou d’une descente en radeau de bambous. Suivant l’organisateur, il peut y avoir d’autres activités optionnelles destinées à capter le client, pardon, le « trekkeur »…

ElephantBambooRaft

Que prévoir pour un trekking ?

La liste ci-dessous est prévue pour une randonnée de 3 jours. Vous l’adapterez en fonction de la durée retenue. Généralement les repas et le couchage sont pris en charge par l’organisateur, mais suivant la saison, si vous partez en montagne, un deuxième duvet peut être recommandé !

  • 1 sac à dos (petit, vous ne partez pas escalader l’Everest !)
  • S’équiper de chaussures de trekking
  • 1 ou 2 pantalons type treillis (et si vous préférez le short ou le panta-court, sachez que les moustiques vous seront éternellement reconnaissant du festin que vous leurs offrez à la tombée de la nuit !)
  • 1 Tee-Shirt par jour de randonnée
  • 1 paire de chaussette par jour de randonnée
  • 1 sous-vêtement par jour de randonnée
  • 1 maillot de bain
  • Nécessaire de toilette + 1 serviette
  • Casquette/Chapeau/Bob en fonction des goûts
  • 1 paire de lunettes de soleil
  • 1 lotion anti-moustiques (sauf si vous avez décidé d’entretenir leur écosystème 😉 )
  • 1 torche à LED (c’est plus puissant au niveau de l’éclairage)

Et en fonction du climat en Thaïlande

  • De juillet à novembre prévoir également un K-Way
  • De novembre à janvier, un pull over n’est pas superflu

Quelles tribus ?

Les Karens :

Environ 300.000 résidents en Thaïlande, ils sont des nomades originaires des hauts-plateaux birmano-tibétains et du Yunan. Ils vivent essentiellement de chasse, pêche et agriculture sur brûlis. Ils se déplacent au grès de l’assèchement des sols.

Les Karens se divisent en sous-groupes avec les plus célèbres d’entre eux, que l’on appelle les « longs cous » ou femmes girafes. Cette tribu en Thaïlande est essentiellement constituée de réfugiées fuyant l’oppression birmane.

Vidéo :

>

Il y a aussi les « longues oreilles », et phénomène de mode surprenant, il s’avère que l’on peut voir de plus en plus dans le Royaume, de jeunes Thaïlandais porter ces gros anneaux en guise de boucles d’oreilles…

Vidéo :

LongEars

Karen longues oreilles

LongEars-2

A ne surtout pas confondre avec les « longues oreilles » anglaises, celles-ci ne faisant pas partie de la même tribu… 😉

 

 

 

 

 

Les Hmongs :

Environ 125.000 citoyens en Thaïlande, ils sont originaires du Sud de la Chine. Divisés en 4 principaux groupes, les bleus, les blancs, les rouges (au Vietnam), et les Gua M’ba en provenance du Laos. Les Hmongs étaient la tribu la plus impliquée dans la culture de l’opium dans le triangle d’or.

BlueHmongWhiteHmong

 

 

<– Blue Hmong

White Hmong –>

 

 

Si chez les Hmongs, le patriarche prend automatiquement le statut de Chef de la Tribu, la polygamie augmente le statut social d’un individu…

Les Gua M’ba viennent en Thaïlande pour fuir la persécution dont ils sont victimes au Laos, en fait ceux qui ont fait le choix de ne pas partir avec la France ou les Etats Unis en leurs temps.

En effet une partie d’entre eux avaient déjà été évacués par la France dans les années 70. Ils sont majoritairement implantés en Guyane française, ou totalement intégrés dans l’hexagone. Pour plus d’informations, le site du Ministère de l’Agriculture leurs consacre un article intitulé : Les Hmong, du Laos à la Guyane.

Une autre partie a été évacuée aux Etats Unis bien plus tard par les Américains, alors qu’ils aidaient la CIA (site Lima à Vang Vieng au Laos sous le couvert d’Air America) lors de la guerre contre les communistes au Vietnam.

Vidéo : Site de Lima de nos jours (la piste d’aviation est toujours visible)

Dans l’artisanat Hmong, les sacs aux couleurs vives produits par leurs soins constituent un excellent souvenir.

SacHmong

Les Lahu :

Environ 130.000 individus en Thaïlande. Ils sont originaires du Yunan au Sud de la Chine. Les Lahu pratiquent la culture sur brûlis forestier, exploitent les rizières seiches d’altitude et cultivent également le riz et le coton.

Le régime de la communauté Lahu est matriarcale et contrairement aux Hmongs, il est monogame.

Les maisons de cette tribu sont aisément reconnaissables car elles sont bâties sur pilotis, en bois avec un toit de chaume. Elles possèdent généralement une seule entrée (porte en bois) et sont composées de deux pièces, une principale pour les repas et une seule chambre à coucher.

MaisonLahuLahuPeople

Les Lisu :

Originaires de l’Est du Tibet et du Nord-Ouest du Yunan, on dénombre 40.000 individus répartis sur plus de 150 villages. Chaque village compte un quarantaine de maisons, toutes établis en moyenne à 1000 mètres d’altitude. Ces maisons peuvent être sur pilotis lorsqu’elles sont construites aux altitudes les plus basses, et aux altitudes plus élevées à même le sol afin de préserver la chaleur restituée par la terre pendant la nuit en saison froide.

Vidéo : Dans la maison d’une Chaman Lisu

LesLisuLisuHome

A Lire aussi :

Le zoo de Chiang Mai

Le Wat Rong Khun ou Temple Blanc

L’Antidote au White Temple : THE BLACK HOUSE Baan Si Dam

 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa bien sûr ! Merci d’avance :

2 Responses to Trekking dans le nord de la Thaïlande : A la rencontre des tribus montagnardes

  1. Leslie@Voyage Perou (6 comments) says:

    Superbe article, tu m’as fait rêver. Ce qui me fascine c’est de voir les habits typiques, propres à chaque minorité. Je ne savais pas que les Keren Ann se faisaient aussi étirer les oreilles. Mais bien d’accord avec toi, rien avoir avec le prince Charles. 😉

  2. Voyage Nord du Perou (8 comments) says:

    L’article est très informatif, merci beaucoup. Nous étions dans le Nord de la Thailande il y a 4 ans et nous avons beaucoup aimé la region. Cependant, nous étions également en contact avec le revers – les minorités des montagnes vivent effectivement de l’agriculture, comme ils brûlent la forêt et le sol ne reste fertile que quelques années, ils doivent s’éloigner de plus en plus de leurs maisons. Ils laissent les petits enfants avec les grands ce qui fait que ceux-ci ne peuvent pas aller à l’école. Quand les filles ont 13 ans, ils se marient, tombent enceintes et tout recommence.
    Nous étions logé chez Steve, un Australien, et sa femme thailandaise du tribu Lahu. Ils s’occupent d’une vingtaine de filles des tribus, leur donnent de l’amour, les envoyent à l’école et sont même en train de construire un training center pour leur apprendre des métiers pour être indépendantes. Ici leur site givekidshope.org. Ils font un travail remarquable.

Répondre à Leslie@Voyage Perou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Expatriation en Thailande.
Theme design by Themesanyar. Powered by WordPress. Copyright &amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;copy; 2019 All Rights Reserved.